Parcours…

Après avoir passé la journée à la plage, vous pourrez utiliser La Francesca comme point de départ pour faire des excursions intéressantes et originales.

Un parcours à grandes lignes, allant de la mer à la montagne, sur un territoire aride et sauvage où l’histoire et la mémoire sont préservées dans les grottes habitées par les hommes préhistoriques, les architectures des villages au sommet des collines, les palais nobiliaires e les anciens monastères pleins de spiritualité.

Vous pourrez vous acheminer vers des sentiers muletiers anciens qui partent du Villaggio et se hissent sur les hauteurs de la côte, à travers des odeurs intenses de romarin et de maquis méditerranéens ; vous pourrez découvrir les ruines d’anciennes tours, avec une vue évocatrice sur la mer infinie qui, jadis, ensorcela Ulysse et Palinurus.

Lungomare ScarioLe petit village pittoresque de Scario, non loin de là, mérite également un arrêt : il charme avec son front de mer sur lequel sont axés de nobles immeubles et l’ancien faubourg de Sant’Anna.

Vous pourrez poursuivre votre chemin par une rue qui monte et qui mène, à travers la verdure des oliviers, à San Giovanni a Piro qui donne sur le Golfe, au pied du mont Bulgheria.

 

Santuario PietrasantaEn parcourant ses ruelles enchevêtrées, vous pourrez admirer de beaux immeubles dotés d’arcs, de blasons et de portails en pierre locale ; ses églises, et un peu plus loin, dehors, l’ancien monastère. Au-dessus du village, vous verrez le sanctuaire de Pietrasanta perché sur un éperon de rocher, un lieu de pèlerinages votifs en hommage à une source miraculeuse.

Une rue pavée, située dans les environs, mène au « Pianoro di Ciolandrea », une terrasse splendide qui donne vue sur la mer Tyrrhénienne et la Calabre ; lorsque le ciel est particulièrement clair, la vue atteint même les îles Eolie.

Quadro OrtegaBosco mérite un détour sur le chemin du retour, ce petit bourg qui s’étend sur une colline face à la mer, connu pour avoir été brûlé par les Bourbons lors des mobilisations de Cilento en 1828 ; mais aussi parce que le peintre espagnol José García Ortega, élève et ami de Picasso, a vécu ici pendant plus de vingt ans, arrivé après avoir été emprisonné et persécuté dans son pays par le Franquisme ; il a légué, en mémoire du sacrifice des habitants s’étant battus pour la liberté, une très belle peinture murale en céramique. Bon nombre de ses œuvres sont exposées dans le Musée « Casa Ortega », inauguré depuis peu.

 

Au loin, semblable à une crèche, Roccagloriosa, village aux origines très anciennes qui s’étend sur les monts Capitenali. Non loin de l’agglomération se trouve la ville Osca di Leo, IVe – Ve siècle av. J.C., avec les restes d’une grande nécropole ; d’importants trousseaux funéraires sont exposés dans deux petits musées.

En plongeant dans le vert vous arriverez au havre du WWF à Morigerati, petit village d’origine médiévale ; le paysage des oliviers fait place à une forêt de chênes et de châtaigniers. Ici, le paysage presque lunaire est creusé par des cours d’eau impétueux et des gorges profondes, il mène au plus grand gouffre d’Europe, celui du fleuve Bussento qui est souterrain sur 6 km.

Plus au nord, le même phénomène karstique se produit dans toute sa beauté avec les galeries des Grottes de Pertosa et Castelcivita.

San SeverinoEn revenant sur vos pas, vous verrez une voie rapide moderne menant à Marina di Camerota et Palinuro, fameuses pour leur beauté naturelle, avec leur côte pleine d’innombrables grottes parsemées sur de grandes plages au sable doré où les mythes et les légendes se mélangent.

Avant d’arriver à la mer, vous verrez, perché sur un rocher, le petit village abandonné de San Severino di Centola, avec son château et ses maisons en ruine qui vous renverront à la vie d’un temps passé.

 

Porta Rosa VeliaTémoignages du lien étroit entre ce territoire et l’époque grecque, vous les trouverez dans les sites archéologiques d’Elea-Velia, fondée par les Phocéens d’Asie Mineure, importante pour son école de philosophie et de médecine.      
Dans ce lieu évocateur, il ne reste plus que la célèbre Porta Rosa, le théâtre, le puits sacré, l’acropole et les fondations de nombreuses maisons.

Ori di rocca museoEn avançant un peu plus vers le nord, vous trouverez Paestum, ville riche et florissante fondée par les Grecs sous le nom de Poseidonia, avec ses temples doriens monumentaux, bien conservés et entourés d’une enceinte imposante. 
Un musée riche illustre les transformations de la ville et reconstruit l’histoire de sa découverte.

 

La-Certosa-di-PadulaÀ ne pas oublier, la Vallée du Diano et ses deux sites importants, à trois quart d’heures en voiture : la Certosa di San Lorenzo à Padula, l’un des plus grands monastères du monde, fondé par les moines bénédictins, imposant par sa grandeur, son architecture et ses trésors artistiques ; teggiano et le splendide bourg de Teggiano, avec son château des Princes de Sanseverino (IXe – XIIe siècle) et ses églises anciennes datant du IXe au XIVe siècle.

Facebook